s'abonner

Sentosphère fête les vingt ans d’Aquarellum

2 years, 12 months ago

Vingt ans qu’Aquarellum, créé par l’entreprise Sentosphère, fait le bonheur des petites mains, et des plus grandes. Son anniversaire est l’occasion de revenir sur la saga de l’entreprise créatrice de jeux et activités liés aux sens, et de mettre en avant l’énergie de sa fondatrice Véronique Debroise. Un panorama aux multiples couleurs, goûts et senteurs.

 

C’est mercredi, la journée des enfants, et au rayon jouets des Galeries Lafayette à Paris, un pinceau à la main, ils s’en donnent à cœur joie. Papillons, fées, chats, licornes... ils peignent, dans une ambiance calme, de petits tableaux aquarelle avec une facilité étonnante et sans déborder. Et même pour ceux qui débutent, les motifs aux couleurs intenses apparaissent comme par enchantement, avec un résultat final digne d’artistes en herbe. Leur secret ? Ces enfants utilisent Aquarellum, une gamme basée sur la technique de sertissage sur papier vélin, qui ne laisse la peinture adhérer que sur des surfaces réservées. Ce qui explique la facilité d’utilisation de ce produit (cela ne dépasse pas !) et son franc succès auprès des enfants et des plus grands. « C’est fabuleux car les enfants font tout eux-mêmes jusqu’à créer leurs propres couleurs », s’enthousiasme la jeune animatrice Ludivine de Beaucorps, qui confie avoir pratiqué, elle aussi petite, les peintures Aquarellum. « Je continue encore aujourd’hui à créer des tableaux pour faire des démonstrations destinées aux différents distributeurs de la marque, et c’est toujours un grand plaisir », poursuit-elle tout en s’appliquant à terminer son tableau. Nombre d’enfants, comme Ludivine, ont grandi avec la marque colorée. C’est d’ailleurs à l’occasion de ce vingtième anniversaire, qu’Aquarellum offre une animation aux Galeries Lafayette. La marque a en effet organisé, au mois de juin, une tournée dans toute la France pour faire découvrir, ou redécouvrir, les produits de sa gamme, ainsi que ses dernières nouveautés, dont les tableaux phosphorescents (le thème cosmos par exemple ou celui très prisé de la licorne). Ce sont une dizaine de magasins qui ont ainsi accueilli, en ce printemps, les enfants autour d’ateliers. Outre les Galeries Lafayette, la marque était notamment présente au BHV du Marais à Paris, au centre commercial les 4 Temps (chez Oxybul et Cultura), au Village Jouéclub de Paris et à celui d’Antibes (06), ainsi que dans d’autres magasins partenaires à travers l’Hexagone. Outre le plaisir de peindre, les enfants pouvaient participer à un jeu concours permettant de gagner des lots composés de coffrets de tableaux prêts à peindre, mais aussi d’autres jeux et kit créatifs signés Sentosphère. 

Si Aquarellum est certes un produit phare de l’entreprise, il suffit de se pencher sur le catalogue de Sentosphère pour découvrir qu’elle cache un véritable trésor dédié aux jeux et activités créatives. Serait-ce l’atelier du père Noël ? En vingt-cinq ans, ce sont plus de 40 gammes de produits qui ont été créées, dont plus de 10 ont été récompensées par les jurys professionnels de l’industrie du jeu et du jouet, en France et à l’étranger. Car l’aventure de la société a débuté avant Aquarellum. C’est une femme, Véronique Blanchars Dignac, connu également sous le nom de Véronique Debroise, qui avec son flair et son esprit créatif a donné le jour à Sentosphère en 1989, en lançant le Loto des odeurs. Ce jeu olfactif est né de son expérience de parfumeur (IFF, L'Oréal, Givaudan), mais a également été inspiré par ses voyages et son enfance en Amérique Latine où déjà, la petite Véronique, à l’esprit créatif, aimait expérimenter et fabriquer de ses propres mains. « A la fin des années 1980, je n’étais pas forcément dans un esprit de création d’entreprise, raconte-t-elle, mais j’étais plongée dans ce monde des odeurs qui me fascinait et je voulais le faire découvrir. J’ai très vite établi un parallèle entre le monde des odeurs et celui des couleurs. Comme il existe différentes nuances de bleu, explique-t-elle, nous pouvons aussi identifier une multitude d’odeurs de pomme. La pomme Golden n’a pas la même odeur que la Granny Smith, ou même que la Gala. C’est un monde riche de nuances. »

C’est cet univers des sens que Sentosphère veut offrir dans les jeux qu’elle imagine. Ce sont aussi des moments de découvertes et de partage entre les enfants et les parents. Car ses jeux pédagogiques sont également destinés aux adultes. Sentosphère a ainsi remporté en 1990 l’As d’or au Festival international des jeux de Cannes pour le jeu Fragrances, qui consiste à recréer une fragrance en acquérant des essences au fil des épreuves. Elle a créé également, dans les années qui suivent, Bacchanales, pour les apprentis œnologues, et le fameux jeu de La route des épices en 1999, qui, lui aussi, a été distingué au Festival international des jeux de Cannes. Quant à Mon orgue à parfums, qui sera récompensé par le Geoffrey d’or Toy’s R Us, il a vu le jour en 1996, la même année qu’Aquarellum. Avec ces tableaux prêts à peindre, Sentosphère ne s’adresse plus à l’olfactif mais à l’éveil visuel.

Avec un père collectionneur d’art et un oncle critique d’art, Véronique Debroise, qui n’a jamais elle-même cessé de peindre, entend également créer des produits à portée artistique. L’idée d’Aquarellum lui est d’ailleurs venue en regardant un tableau du peintre brésilien Scoz, où des motifs blancs, très fins, sont utilisés pour représenter les dentelles et les balcons. Autant dire que Véronique Debroise était inspirée car Aquarellum, avec six millions d’exemplaires vendus dans le monde (un acheté chaque minute) remporte un vive succès et offre une place de choix à Sentosphère sur le marché des jeux et loisirs créatifs. Outre Aquarellum qui représente 25 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, d’autres gammes contribuent à la belle renommée de Sentosphère comme Patarev ou Sablimage, ou encore des jeux liés à l’éveil gustatif comme Le kiosque à bonbons. Créative, dynamique, voire hyperactive, Véronique Debroise a l’esprit en perpétuelle ébullition. « Dans une année, nous sortons une trentaine de produits et donnons naissance à un ou deux nouveaux grands concepts », dévoile l’infatigable chef d’entreprise. Ses derniers nés ? Tout d’abord, l’Eco-Moulage Popsine, un concept de moulage recyclable à l’infini, qui a remporté le Grand prix du jouet 2015 dans la catégorie « Activité manuelle » et le Grand prix des magasins King Jouet. Puis, plus récemment, est né le Topscent, un jeu olfactif dans la lignée du Loto des Odeurs. Et si Véronique Debroise avait conservé son âme d’enfant.